Un monde sans concurrence

Imaginez un monde sans concurrence.

Une vie où tout le monde s’entraide et il n’y a pas de lutte.

C’est bisounours ?

Pourtant, c’est la réalité.

Certes des coachs et des thérapeutes il y en a la pelle, on ne va pas
se mentir.

Mais des restaurants aussi. Des magasins de vêtements aussi. Des bars
aussi.

Et pourtant, ils existent bien.

Alors pourquoi ça ne pourrait pas être pareil pour les praticiens ?

Surtout que vous, vous avez quelques choses en plus.

Un élément qui permet de dire que la concurrence n’existe pas
réellement.

Votre métier est en lien direct avec l’humain.

Dans ce cas, le relationnel, le contact humain, le feeling comme l’on
dit, est super important et vous différencie.

Chacun va préférer tel ou tel coach pour telle ou telle raison. Par
rapport à son expérience, à son vécu, à son approche, etc…

Comme vous le savez, bien avant d’accompagner les coachs et les
thérapeutes dans le développement de leurs activités, j’étais un
grand timide.

Je me suis dirigé vers deux coachs pour me faire accompagner.

Les deux étaient vraiment compétents et sympathiques mais chacun avait
son propre style.

Le premier très institutionnel. J’avais l’impression de passer un
entretien d’embauche à chaque fois que j’échangeais avec lui. Une
ambiance très sérieuse mais un peu trop à mon goût.

Contrairement au deuxième où l’ambiance était plus décontracte.
Très talentueux aussi mais son approche me correspondait plus. Nos
échanges ressemblaient à une conversation entre amis et non un
entretien d’embauche.

C’est un format qui me correspond mais ça ne sera pas le cas de tout le
monde. C’est-à-dire que le premier coach va s’entendre des personnes
plus “institutionnelles” et c’est tant mieux car il sera plus à l’aise
lui aussi.

C’est deux coachs vont attirer des personnes différentes et donc, il
n’y a pas de concurrence entre eux.

Selon moi, c’est une question de perception. Nous pouvons voir la
“concurrence” comme un frein ou comme accélérateur. Puisque, avec les
informations que vous avez dans ce mail vous pouvez aller plus loin et
utiliser la “concurrence” en votre faveur. (Je vous laisse réfléchir
un peu)

Je ne suis pas en train de dire que vous êtes les seuls sur le marché.
Ce que j’affirme, c’est que vous avez le choix.
Soit vous vous plaignez et prenez la concurrence comme une excuse ou
bien, vous l’utilisez comme une force pour avancer.

A vous de choisir.

A demain,
Jason

Sent to: vivreducoaching@gmail.com

Jason Verdier, Vivre du coaching, France

Don’t want future emails?

Unsubscribe

Si vous souhaitez recevoir les emails privés : http://bit.ly/emailsprivés